de Coron à Santa Fe

Une arrivée nocturne à Manille

Nous quittons le Vietnam pour les "vacances" ! Et oui qui dit Philippines dit plages de rêve, snorkeling, cocktails et cocotiers... Oui bon d'accord ce n'est pas une première dans ce voyage, mais là c'est le programme des 3 prochaines semaines !! 

Evidemment tout ça se mérite et ça passe par un vol de nuit qui nous dépose à Manille à 01h30 du matin. Nous ne voulons pas rester dans cette métropole alors nous avons réservé le ferry direction Coron pour l'après-midi. 

Mais que faire lorsque l'on arrive à 01h30 du matin dans une ville ? Deux options :

- L'option radin / dèche de tune / plus de sous à la fin du voyage : on squatte l'aéroport et on trouve un petit coin tranquille pour finir la nuit comme on peut.

- L'option je suis blindé / mon confort avant tout : bah réserver une chambre d'hôtel quoi.

Vous l'aurez compris nous avons opté pour la première option. Bon on est plutôt 1 sur 2 à avoir dormi pendant que l'autre surveillait nos affaires. Un indice sur la photo de qui peut dormir n'importe où ??

 

Dès que le soleil se lève nous prenons un taxi pour nous rendre au Ferry. Sur nos tickets il est dit que nous devons avoir 4H d'avance ! Nous voyageons avec 2Go Travel pour faire une traversée de 15H, rien que ça !! Lorsque nous réservons en ligne nous prenons la formule "Tourist Class". Sur les photos du site ça ressemble à des dortoirs de quelques lits. Ce n'est pas le premier prix mais ce n'est pas le plus cher car il existe les formules en cabine. Nous avons chacun nos numéros de lit qui semblent être l'un à côté ou au dessus de l'autre. L'embarquement commence, nous entrons dans le bateau salué par plus d'une dizaine de personnels qui chantent et dansent pour nous souhaiter la bienvenue, et là : c'est le drame. Ne vous fiez pas aux photos du site qui se cache bien de vous montrer qu'il s'agit en fait d'un dortoir d'une centaine de lit !! Un truc immense quoi. En plus de cela nous n'étions pas du tout l'un vers l'autre, parfois même pas dans la même allée !! Un autre conseil, si vous faites plus d'1m80, oubliez ! C'est des lits pour des lilliputiens !! Bon bah pas le choix alors on s'installe dans nos "lits" respectifs, on fait connaissance avec le voisinage, le personnel à bord qui vient nous proposer de la "nourriture" telle que le balut, un œuf de canne couvé de trois semaines. Un truc immonde dont les philippins raffolent ! Alors on sait bien qu'on voyage aussi pour découvrir de nouveaux mets, mais là c'était au dessus de mes forces ! Même les tarentules du Cambodge c'était du pipi de chat à côté... Beurk rien que de les voir aspirer dans l’œuf son contenu avec le petit poussin à plume avec son petit bec... Pouii ! Pour la vision d'horreur, vous pouvez consulter cet article.

 

Pas de Wifi, pas de prise ! Prévoyez de quoi bouquiner...

 

Nous faisons un petit tour sur le bateau et découvrons le dortoir de la formule la moins chère. Les lits sont de très mauvaises qualités mais le pire c'est que le dortoir est quasi sur le pont, pas de fenêtres, à peine un plafond, directement à l'air libre et tous les passagers qui passent pour se rendre dehors. On se dit qu'on a bien fait de payer un peu plus cher. Au même endroit, tout au bout du bateau, se trouve le bar et la petite scène de Karaoké, "sport" traditionnel des philippins. Et je précise peut importe si la voix est là ou pas, ils sont à fond et prennent beaucoup de plaisir ! C'est à ce bar qu'à 19h nous commençons à faire la queue pour récupérer notre "plateau repas" (remarquez la surabondance des guillemets pour parler de ce trajet en ferry...). 

Je ne dirais pas que la nuit a été longue et profitable, non. C'est une nuit où ton sac cadenassé est attaché à ta cuisse, où tu as toujours un œil ouvert, où la lumière ne s'éteint jamais, où la télé fonctionne, où les gens se lèvent et te foutent leurs panards dans la tronche à n'importe quelle heure, où t'as la clim dirigé en plein sur toi. Bref une nuit de Merde qui ne s'est pas terminé dans ce ferry ! Oula non mon petit bonhomme ! Parce que le ferry, il arrive quand ? Bah à 3h du matin ! Ah bah oui c'est pas drôle sinon !! Alors un conseil, fais comme nous, réserve ton hébergement à l'avance, parce que franchement chercher une auberge de dispo à 3h du matin, descente de ferry, c'est la misère ! Grosse arnaque qu'on a évité aussi, c'est le tuk-tuk à 3h du mat qui repère bien ta tête de touriste trop naze pour négocier. Mais non non, les gars ils augmentent les prix jusqu'à 5 fois plus cher ! Bah ouais, ça coûte tellement rien le pesos philippin, qu'au lieu de payer 60 centimes (40 pesos philippin) ton trajet ils te le font payer 3 - 4 euros. Donc non, nous on résiste ! Et puisqu'ils savent très bien que d'autres touristes seront moins pénibles que nous, ils ne veulent pas nous baisser le prix. Alors malgré qu'il fasse nuit, que l'on soit épuisé, nous marchons 20 minutes avec nos sacs sur le dos pour rejoindre notre auberge. Avec ces horaires de ferry ils sont habitués à ces arrivées nocturnes. On nous accueille et on nous propose un canapé pour terminer la nuit. 

C'est donc bien crevé que nous nous installons enfin à Coron pour une semaine.

 

Notre Coron Backpaker GuestHouse en bois tressé sur pilotis.

 

Une semaine à Coron

Nous restons une semaine à cause du ferry retour qui se fait tous les trois jours. Et trois jours avec notre arrivée ça faisait vraiment top court. Nous avions déjà besoin d'une journée pour nous remettre du trajet pour venir jusqu'ici. Il n'y a pas énormément de choses à faire à Coron même, à part des excursions et de la plongée. Nous programmons donc nos prochains jours avec deux journées d'excursion. Nous étions partis pour faire de la plongée, mais n'étant pas rassurée j'ai annulé. C'était des plongées épaves entre 20 et 30 mètres de profondeur. Nous sommes des novices en plongée tout juste diplômés de l'Open Water et franchement ça me faisait un peu peur !

Aucun problème pour trouver une excursion sur Coron et les agences se sont toutes mises aux mêmes tarifs, alors pas de recommandation à vous faire, c'est plus au feeling avec l'agence en face de vous.

 

Nous commençons avec le Tour B. Au programme de la journée des spots comme Barracuda Lake, Skeleton Wreck et Twin Lagoon. Nous partons à bord d'un banka, bateau traditionnel philippin en bambou. Nous sommes environs 8 personnes à bord. On s'arrête pour nager et faire du snorkeling. Effectivement c'est sublime, mais encore plus lorsqu'il n'y a pas un groupe de chinois en gilet jaune qui vient donner de grands coups de pieds dans l'eau et qui font fuir toute la vie sous-marine...

 

Les splendeurs du barracuda Lake en apnée. 

 

Chef cuistot, commandant de bord, guide, nos philippins sont polyvalents ! Ils nous préparent le repas du midi dans le bateau et on s'arrête sur une petite plage pour manger.

 

De retour en ville après une journée bien remplie, on s'amuse à photographier les tuk-tuks toujours aussi originaux.

Nous avons trouvé notre QG du matin-midi-soir au Levine's Eatery. Et c'est là bas que nous avons découvert le Sissig ! Le repas arrive dans un plat ovale en fonte où la nourriture bouillonne encore. Il existe des sissig au porc, poulet, poulpe, thon... le tout dans de la crème, des oignons et avec un œuf ! C'est un petit régal. Une très bonne adresse pour une excellent rapport qualité/prix/accueille.

 

Le restaurant est aussi un très bon spot pour apprécier un coucher de soleil.

 

Deuxième journée : une balade à scooter ratée !

Dans la rue en face de notre Guesthouse se trouvait une agence de location de scooter Angel Motorcycle Rental. Nous prenons un scooter pour 10h du matin et nous commençons à prendre la route pour faire un petit tour au nord de Coron. Tout allait bien pour les 20 premiers km. Mais voilà. En pleine côte, notre bolide fait des siennes et décide de ne plus avancé du tout. On s'arrête et on regarde d'où vient le problème. Il est assez simple à voir mais bien compliqué à réparer : lorsque l'on accélère la roue arrière n'est pas entraînée, rien ne se passe, on fait du surplace. Bon va falloir commencer à réfléchir. Portable ? Pas de réseau, pas de forfait à l'étranger. Numéro de téléphone ? Hum hum, on est parti sans aucun papier de l'agence, on ne se souvient même plus du nom. Bon bah on est dans la merde !

Je fais mon plus grand sourire et tends mon pouce aux quelques véhicules de passage sur cette route. Un motard s'arrête pour voir ce qui se passe. Il nous dit qu'il y a un village à environ 1km de là et que l'on trouvera de l'aide. Nous avons guère d'autres solutions que d'avancer et de pousser notre scooter en pleine cania jusqu'à l'arrivée à la "civilisation". Nous sommes un dimanche, il n'y a pas de transport public aujourd'hui et très peu de gens circulent. Nous allons à la rencontre de quelques personnes. Celles-ci nous expliquent qu'il n'y a pas de réseau par ici que l'on ne peut pas appeler. Mais qu'il y a une homme dans le village qui saurait peut-être nous réparer notre engin. Le petit souci c'est que c'est l'heure de la sieste il faudrait attendre 2h qu'il se réveille... Ah bah ça va pas le faire l'ami on ne va pas pouvoir attendre ! On se dirige donc vers d'autres personnes. Une fête de famille dans le jardin. Un homme propose de nous conduire quelques kilomètres de là où l'on peut capter du réseau. Je monte sur son scooter et Nicolas sur celui de son ami. Impossible de joindre notre auberge, elle n'a pas le même opérateur alors l'appel ne fonctionne pas. Je commence un peu à perdre espoir jusqu'à ce que je retrouve le sourire avec ces philippins qui nous viennent en aide. L'homme me dit " ne vous inquiétez pas, tout va bien vous êtes avec des philippins on va vous aider". Il me demande si l'on a mangé, je lui dis que ce n'était pas notre priorité (oui oui moi j'ai dit ça, alors pour dire l'urgence de la situation !!). Il nous ramène donc chez lui manger avec toute sa famille. Personne n'a l'air surpris de voir des inconnus à leur table et sont même au petit soin avec nous. Il nous ramène ensuite jusqu'à notre auberge ! Nous remercions grandement ce philippin tellement aimable qui en plus explique pour nous le problème du scooter à l'agence. Une péripétie qui nous a fait découvrir l'hospitalité des philippins.

 

Troisième journée : Tour A

 Nous reprenons une excursion à la journée et notamment pour avoir la vue de Kayangan Lake. Une journée à voir des lagons merveilleux. Des cadres idylliques !

 

 

Nous passons le reste de la semaine tranquillement à flâner. N'hésitez pas à acheter des mangues fraîches elles sont extra !!

 

Direction Moalboal

Un long parcours nous attend avant d'arriver Moalboal. Nous repartons de Coron vers 16h en ferry pour rejoindre Manille. Une nuit où nous dormons que d'une oreille emmitouflé  dans nos sacs de couchage. Nous arrivons le matin à Manille et prenons directement la direction de l'aéroport en taxi. En début d'après midi notre vol d'1h décolle pour Cebu.  Il faut maintenant prendre un taxi et se rendre à la station de bus. Une fois sur place il faut faire la queue et attendre un bus pour Moalboal. Deux types de bus : climatisé ou non climatisé. Nous prenons le premier qui vient : un non climatisé. Nous nous retrouvons sur la banquette arrière du bus, bien collé serré avec les autres passagers. Le bus est plus que complet avec beaucoup de gens qui feront le trajet debout dans l'allée. Un voyage en bus de plus de 3h qui nous a semblé interminable. Nous arrivons de nuit à Moalboal et il faut encore trouver la force de négocier un tuk-tuk pour se rendre à l'auberge Chief Mau. Nos affaires posés dans la chambre nous ne pensons qu'à manger, notre premier repas de la journée !

 

Après une nuit où nous avons bien récupéré notre sommeil malgré la chaleur, nous prenons masque et tuba et partons à la rencontre des bancs de sardines mais aussi de quelques tortues vertes. Des rencontres à couper le souffle, des moments magiques où l'on se retrouve entouré d'un millier de sardines et surtout le bonheur de nager avec une tortue. Oh oui nous avons bien fait de venir jusqu'ici ! Le cadre est encore plus exceptionnel lorsqu'il n'y a pas des dizaines et des dizaines de touristes descendus de leur bateau avec un gilet de sauvetage vous donner des coups de pieds et qui essaient d'attraper les tortues...

 

 

En soirée c'est aussi super agréable de se promener le long de la plage et de manger en bord de mer.

 

Durant notre séjour nous rencontrons Tom et Kiki, des tchèques qui font eux aussi un tour du monde pour leur voyage de noces. Nous sympathisons avec eux et passons toutes nos soirées ensemble, que ce soit au restaurant, dans un bar à jouer au billard ou encore autour d'un feu de camp à manger des marshmallows grillés et chanter et jouer de la guitare. 

 

En louant un scooter à la journée on peut se rendre à White Beach qui est très populaire pour se baigner ou encore au Kawasan Falls. Si bien connu qu'il y a un monde affreux. Pour dire nous n'avons même pas réussi à prendre une photo potable. Mais pour autant, pour accéder à la cascade il faut longer une superbe rivière. On décide de se mettre en maillot le long et de s'y baigner. Au calme, paisible sans la foule de touristes !

 

Moalboal est aussi connu pour être un spot de plongée. On replonge pour la première fois depuis le passage de notre diplôme Open Water passé en Thaïlande. avec Cebu Dive Center. Mais je vous conseille de faire plutôt une plongée sur l'île de Malapascua pour nager avec des requins renards !

 

Pourquoi nous n'avons pas nagé avec les requins baleines à Oslob ?

Nous avons vraiment réfléchit à cette activité, et c'est vrai que c'était un rêve d'approcher des requins baleines, mais pas dans les conditions proposées à Oslob. Tout est fait pour attirer le touriste au détriment de ces animaux marins. Les philippins attirent les requins baleines par de la nourriture, de plancton, mais dont les espèces ne sont pas suffisamment variées pour leur alimentation. Les requins baleines de ce fait ne migrent plus, ce qui bouleverse leur éco système. Des agences peu scrupuleuses font même monter les touristes sur le dos des requins baleines alors qu'il était interdit d'avoir un contact peau à peau avec les animaux. Bref nous ne voulions pas participer à cette activité. Nous verrons des requins baleines oui, mais dans la cadre d'une plongée, et autre part.

 

La petite île de Bantayan comme dernière destination de notre tour du monde.

Au fur et à mesure de notre voyage nous rencontrons de nombreuses personnes, qu'il s'agisse de locaux ou de voyageurs. Et c'est en partageant nos expériences que nous envisageons parfois de modifier notre voyage en ajoutant ou bien en supprimant une étape. C'est ce qui nous est arrivé aux Philippines. 

Ironiquement, c'est en étant sur place que nous en savions moins sur l'actualité du pays, contrairement à nos proches qui suivent les informations. C'est alors comme ça que nous avons été informé des attaques terroristes qui sévissaient sur l'île de Bohol, notre prochaine destination. Des enlèvements de touristes contre rançon... Au mois de février dernier, un allemand  a été décapité... Plusieurs informations donc qui nous refroidissent et qui nous font revoir nos plans. On discute avec des voyageurs qui arrivent de l'île de Bohol, où tout s'est très bien passé. Bon. Mais nous entendons aussi que les terroristes n'ont pas tous été capturé par les forces de l'ordre et donc que le danger court toujours. D'autant plus que nous sommes la cible. Nous discutons avec des locaux, qui n'hésitent pas longtemps pour nous dire de ne pas se risquer à y aller.

La décision est prise : nous n'irons pas sur Bohol. On annule nos réservations et on se met à chercher une autre destination... plus tranquille. Nous repérons l'île de Bantayan, pas très loin de l'île de Malapascua où l'on peut observer des requins renards en plongée. Mais Malapascua est plus coûteuse et encore plus petite que Bantayan alors le temps risque d'être long.

Le trajet pour accéder à l'île s'annonce long. Nous devons rejoindre Cebu en bus où nous passerons la nuit. Le lendemain nous reprendrons un autre bus qui nous déposera au port d'Hagnaya pour prendre le ferry qui lui nous emmènera à Santa Fé.

Nous essayons de partir le plus tôt possible et de prendre le premier bus. Les bus n'étant pas vraiment à l'heure nous attendons un certain temps. Et comme à l'aller, il y a le passage des bus avec et sans clim. Mais vu le monde qui attend comme nous sur le bord de la route, nous prendrons le premier qui passe. Le bus arrive, les gens courent, notre stratégie est en place : Nicolas récupère les 2 sacs à dos pour les mettre en soute tandis que je me faufile dans le bus pour nous trouver une place. Mais le bus est déjà plein à craquer, nous sommes une vingtaine debout dans l'allée. Je regarde Nicolas qui arrive enfin à monter à bord et il comprend que nous allons rester debout. Jusqu'à ce qu'une femme à côté de moi me fasse signe de m’asseoir auprès d'elle. Elle prend sa fille de 8 ans sur ses genoux tant bien que mal vu le tout petit espace que nous disposons entre chaque siège. Je la remercie grandement et me propose de porter sur une jambe sa petite fille pour qu'elle soit moins compressée. Son trajet n'est pas long et elle fait signe à Nicolas qu'elle s'en va et qu'elle lui laisse sa place. Un peu de sympathie qui nous remet le sourire aux lèvres bien que nous sommes tous collés au point d'avoir les aisselles du voisin sur nos épaules ! 

Nous voilà de retour à la station de bus de Cébu. Grâce au wifi nous pouvons commander un Uber qui nous dépose à notre hôtel. Un hôtel un peu plus cher qu'à notre habitude où nous voyons clairement que nous ne sommes pas le genre de la clientèle. Le décalage se fait dès les portes d'entrées où une personne vient nous ouvrir, nous accueillir et nous débarrasser de nos affaires. De l'autre côté, nous, deux baroudeurs, mal coiffé, mal rasé, surement une légère odeur de transpiration qui doit flotter autour de nous, des sacs à dos en guise de valise, le tout ajuster d'une paire de tongs ! On a pas toujours le physique de nos moyens.... visiblement. Nous passons le reste de la journée à notre hôtel à chercher notre hébergement pour le lendemain. Il n'y a pas beaucoup d'hébergement sur Bantayan et peu sont ceux qui disposent d'un site internet pour réserver. Nous passons donc plusieurs appels téléphoniques. Plusieurs Guest House que nous avions repérés sont complètent mais nous arrivons tout de même à réserver un hébergement.  

 

Le jour de la traversée

Nous repartons à la station de bus de Cébu, qui détient je pense le nombre de voyage que l'on est fait à partir d'une même gare ! Et montons dans le bus direction le port d'Hagnaya. De là nous attendons de monter dans le ferry pour la traversée. Dans le bateau il y a peu de touristes européens, mais beaucoup de philippins venus en famille.

Nous arrivons à Santa Fe et on se dit que l'on a bien fait de venir jusqu'ici.

 

Nous sommes sur cet île pour les 8 prochains jours. Durant notre voyage ce fut vraiment rare que nous restions autant de temps, au même endroit. Je pensais pouvoir apprécier de prendre le temps mais je crois avoir pris le rythme d'être toujours en activité. Nous avons été super bien accueilli chez Sunshine Bantayan Garden Resort. Ce n'est pas en bord de mer mais on y est à 10min à pied.

 

On prend le temps de se promener et de découvrir toutes les bonnes adresses où manger ! Bah oui n'oublions pas la base... 

Allez c'est parti on vous envoie notre liste de resto :

 

 

- Pour le petit déjeuner : c'est dans notre hôtel que ça se passe pour manger de trop bons pancakes !

- Pour manger des burritos : Bantayan Burrito Compagny, une très bonne cuisine généreuse, un gérant super sympa, de petites tables conviviales où l'on fait pleins de rencontres !

- Pour manger Italien : le resto un peu cher mais vraiment de supers bonnes pizzas, c'est chez Caffe Del Mare

- Pour manger indien : un vrai régal ce chicken windaloo chez Sarapoi et des gens supers sympas !

- Pour un sandwich façon française : bien évidemment chez Giordano's Bakery ! Et ne loupez pas son fameux plateau vin, charchueterie, fromage ! On devient vite des clients fidèles de la boulangerie française qui nous fait de bons sandwichs le midi et notre petite crêpe au Nutella pour le goûter.

- Pour un traditionnel Sissig : chez Coucou Bar Bantayan Island

- Pour des tagliatelles aux gambas grillés à l'ail$ou des Fish'n Chips c'est chez Stumble Inn

- Pour un dessert gourmand : chez Cupcake Island Cakery où il sera difficile de faire votre choix

- Pour un cocktail sur la plage : prenez un transat chez Yooneek Beach Resort

 

Bon avec ça normalement vous passez une bonne semaine comme nous !

 

 

Dans votre douce semaine sur Bantayan, vous pouvez comme nous louer un scooter et faire le tour de l'île, qui n'est pas très grande. On prend plaisir à s'arrêter le long de la côte et à photographier de magnifiques paysages. C'est durant cette balade que l'on trouvera notre dernier spot pour réaliser nos photos de mariage ! Ouf Nicolas est soulagé ça sera la dernière fois qu'il fera le porteur de robe, le photographe, le metteur en scène et le modèle !

 

Des tuks-tuks toujours aussi atypiques!

 

Il y a aussi d'autre excursions pour accéder à des plages ou même pour aller à Malapascua. 

 

Mais pour cette fin de voyage nous décidons de nous poser et de profiter du paysage qui s'offre à nous.

La fin du voyage approche. Une dernière balade sur la plage. On se prépare à dire au revoir aux Philippines mais aussi à cette merveilleuse aventure d'un peu plus d'un an.

Et nous voilà dans le ferry du retour pour rejoindre l'île de Cebu ! Du bus nous attend encore avant de rejoindre la ville de Cebu. Fatigué, heureux, nostalgique, angoissé, toutes les émotions commencent à se mélanger.

Après une nuit passée à Cebu, nous voilà à l'aéroport avec une escale à Kuala Lampur. La machine est en route, nous rentrons !

Le concept tongs-chaussettes que j'ai adopté dans nos nuits de bus ! Sauf que là on prend le vol pour Paris, c'est à dire avec beaucoup de français... Oups je comprends ce qu'ils disent maintenant si on se moque de moi !

 

Ça y est, on arrive la famille, on est dans l'avion !! Et on est tout excité !

 

Bienvenue à Paris ! Le sentiment de la fin de l'aventure, de la dernière fois que l'on porte notre sac sur le dos, qu'on utilise du wifi pour communiquer, que l'on cherche un toit ou un resto pour manger. Mais une chose est sûr, ce n'est pas la dernière fois que nous partirons découvrir le monde, ses cultures, ses populations, et ce n'est que le début de la poursuite de nos rêves.

 

Merci à tous ceux qui nous ont soutenu, suivi, écrit, ceux que nous avons rencontré, qui ont fait de ce voyage ce qu'il est, une aventure humaine extraordinaire. L'une des plus belles choses réalisée dans notre vie, et nous sommes fiers de l'avoir accompli.  Alors on se dit à bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Marine & Nicolas.