De Yangon à Mandalay

Jour 1 : Yangon

Nous arrivons de nuit à Yangon. À l'aéroport nous entendons beaucoup de touristes parler français  (les français sont partout en voyage, avec les allemands on doit être la nationalité qui voyage le plus!). Un jeune couple de voyageurs nous propose de partager un taxi pour rejoindre nos auberges. Il fait encore lourd en cette soirée. Nous avons de grands sourires et les  yeux ébahis lorsque nous voyons la civilisation qui nous avait tant manqué en Inde ! Des magasins, des circulations respectées  (pas tu roules à gauche ou à droite comme tu le fais en Inde), des trottoirs propres (enfin ça va quoi). Ah on aime déjà!  Nous passons devant le quartier chinois où toutes les lanternes sont illuminées. Cette fois on se sent vraiment en immersion dans la culture asiatique. 

On recherche notre auberge dans une rue éclairée par les devantures de magasins. Les premiers birmans que l'on croisent nous font de grands sourires et nous saluent. Une très bonne impression pour commencer. Nous trouvons l'entrée de notre auberge où nous devons affronter des escaliers pentus avec nos sacs sur le dos. Légèrement essoufflés (on est des athlètes ou pas ? Bon au moins des sportifs !) Nous sommes accueillis à notre hostel. Il faut d'abord commencer par se déchausser (à chaque fois que l'on rentre dans une maison, guest house et dans tous les temples). On nous attribue nos "boxes". Il n'y a en fait pas de chambre mais un couloir avec d'un côté l'accueil et de l'autre côté une rangée à étage de lit. Mais c'est plutôt cosy, on a bien dormi ! Je m'endors avec le sourire et le sentiment d'exister de nouveau face à la population (en comparaison à ce que j'ai vécu en Inde) ce qui fait un bien fou.

 

Jour 2 : Yangon

Pas de petit dej dans l'auberge donc nous partons directement faire nos visites. 

Première visite : la pagode Sule. Les pagodes sont des lieux de cultes, des temples en Birmanie avec cette forme bien particulière d'une grosse coupole avec une longue pointe. Première pagode et premier repérage des lieux et du fonctionnement. À l'entrée deux femmes se précipitent sur nous pour nous donner des fleurs  (non ce n'est pas un offrande on vous demandera une donation) que nous refusons gentiment (nous remarquerons que les birmans sont assez timides et réservés et très vite gênés et qu'ils ne veulent surtout pas déranger! Donc on évite de faire les français agressifs au franc parlé). Ensuite elles nous répètent plusieurs fois que nous devons nous déchausser. Je n'ai pas précisé mais nous parlons anglais ici car on ne maîtrise pas le birman à part bonjour et merci. Nous laissons donc nos chaussures devant l'entrée et montons les marches.  Au dessus le guichet est réservé aux étrangers pour payer un droit d'entrée  (toujours la même histoire de ne faire payer que les étrangers où bien jamais le même prix que les locaux). Et nous commençons à découvrir petit à petit la culture et la religion bouddhiste.  À l'entrée une statue de bouddha est décorée de fleurs et de fruits, une boîte de donation est remplit de billet et des tapis accueillent les birmans qui s'agenouillent pour prier. Tout autour de la pagode il y a des statuts qui représentent des animaux sacrés.  Dans la religion bouddhiste nous correspondons tous en fonction de notre jour de naissance à un animal. Ces animaux sont placés en fonction de l'orientation Sud, Nord, Est et Ouest. On peut donc voir des birmans se prêter à un rite religieux auprès de leur animal sacré.  Ils versent de l'eau sur la tête de la statue de bouddha 5 fois . Ils versent ensuite 5 autres fois de l'eau sur la tête de l'animal. Il y a aussi beaucoup d'encens. Tous les jours à la pagode Sule vous pouvez voir un panier d'offrande monter par une corde au dessus de la pagode. 

 

Deuxième visite : la pagode Botahtaung. C'est ici que nous avons pu en apprendre davantage sur la religion bouddhiste q'un birman s'est habilement proposé de nous faire découvrir. Il nous a tout d'abord demandé notre jour de naissance et si nous étions né le matin où l'après-midi. Je suis née un mercredi après-midi je correspond donc à l'éléphant blanc sans ses défenses, je me situe au Nord-Est et ma planète est la Lune. Nicolas  est né un vendredi (paraît-il jour de naissance de bouddha), il correspond au cochon d'inde (pas de moqueries...), il se situe au Nord (nous sommes donc tout proches) et sa planète est Vénus. Nous avons ensuite suivi le rite qui correspondait à notre animal. Chacun notre tour nous sommes allés verser de l'eau sur la statuette de notre animal sacré et sur la statue de bouddha. Cinq verres d'eau par statue. Nous avons ensuite "sonner le gong" cinq fois aussi. Puis nous nous prenons en photo avec les divas qui veillent sur nous. Etant Nord-Est j'ai la chance d'avoir deux divas. 

 

Notre gentil birman nous demande quelques tips en terminant ce tour que nous lui donnons évidemment. Moi qui me plaignait de ne faire que des photos sans comprendre l'importance et la symbolique des lieux, voilà chose faite ! 

Nous continuons à photographier la pagode.

 

Le midi nous partons manger dans l'un des restaurants très bien notés sur tripadvisor, 999 Shan Noodles House : nos premières et en clair ce ne sera pas nos dernières noodles !! On va même en manger à toutes les sauces pendant les 4 mois d'Asie qu'il nous reste ! C'est un petit resto qui ne paie vraiment pas de mine d'extérieur, assez petit sur deux  étages, sa clientèle est un mélange de locaux et de touristes ayant trouvé comme nous cette adresse sur Internet. Avant de commencer on vous sert le thé et un "apéritif," un mélange de petits légumes froids très très épicés. On prépare nos baguettes  (nous n'avons toujours pas leur dextérité pour les tenir mais on s'améliore. Au passage Nicolas qui faisait "le planté de bâton" dans ses sushis à Besançon est capable à  l'heure d'aujourd'hui de manger presque n'importe quoi avec des baguettes ! Sauf les burgers...)  Et nos noodles arrivent !! Elles étaient vraiment super bonnes ( et après 3 semaines en Birmanie ça reste nos préférés ). 

 

Troisième visite : le marché de la 26ème avenue. On adore faire les marchés parce que c'est très coloré, que l'on s’imprègne d'une ambiance et que l'on voit vraiment les birmans dans leur vie de tous les jours.  On découvre des aliments et des façons de faire bien propre à  eux. Sous 35 degrés, des femmes assises par terre vident des poissons sur un papier journal.

On assiste aussi à l'atelier du poulet. Etape 1 : le poulet est vivant sous son panier . Étape 2 : un birman sort le poulet du panier et le poulet couine  (il sait qu'il est foutu le pauvre). Étape 3 : tu entends un bruit fort qui te dit que le poulet a été assommé et du coup tu l'entends plus couiner. Étape 4 : couic ! Étape 5 : atelier "déplumage" et création de plumeau pour faire la poussière.  Étape 6 : c'est couit!  Mise en vente sur la table.  C'est un peu triste mais c'est comme ça que ça se passe.  

 

Nous rentrons ensuite dans un marché couvert. Un marché de tissus. Et c'est des montages et des allers de tissus qui nous envahissent : des vêtements, des draps,  des couettes il y a de tout ! On a surtout l'impression que chaque vendeur a exactement le même stand alors je ne sais même pas ce qui te fais dire que tu vas acheter à ce commerçant et pas à un autre parce qu'ils ont tous les mêmes choses! 

Nous nous apercevons aussi que les femmes et les enfants, ainsi que quelques hommes (mais beaucoup moins) ont comme de la poudre jaunâtre sur le visage. Les femmes se font parfois des cercles sur les joues où font des dessins à l'aide de feuilles d'arbres. C'est en fait du Tanaka, qui provient de l'arbre du même nom. Il s'agit d'écorce frotté énergiquement sur une plaque de pierre et mélangé avec de l'eau.  L'écorce et l'eau produise une légère crème teintée un peu jaune. L'utilisation n'est pas qu'esthétique puisque cette crème a la faculté d'agir comme une crème solaire et anti-ride. On peut acheter des petits tronçons sur les marchés ou bien en pot déjà tout fait avec une couleur plus dorée et pailletée. On trouve ça très jolie (enfin sur elles surtout parce que si moi je mets ça en France on va me dire " Euh t'as mal mis ta crème t'en as partout !").

 

Quatrième visite : En fin de journée nous nous rendons à  la pagode Shwedagon, la plus populaire et la plus imposante de Yangon. Nous y allons à cette heure là pour attendre le coucher du soleil et voir la pagode s'illuminer dans la nuit. Beaucoup de gens, birmans et locaux sont présents autour de la pagode. Des femmes en ligne passent le balais tout autour supervisées par une autre femme. On s'installe par terre et on attend la tombée de la nuit. On prend le temps de voir la pagode changer de couleurs. Un joli spectacle. 

Au moment de partir nous apercevons de jeunes enfants moines assis en train de prier. Chacun est à sa place. À cet instant on ressent la discipline et la rigueur que l'école des moines leur enseigne. Lorsqu'ils quittent la pagode les commerçants leurs offrent un à un des gâteaux comme des présents. Puis ils partent en courant comme des enfants qu'ils sont. 

De retour à notre auberge nous passons par le quartier chinois qui s'est lui aussi illuminé.

 

Jour 3 : Yangon

Ce matin là nous allons  nous promener au parc Kandawgyi  qui est bien agréable.

 

Nous retournons manger à notre valeur sûre  999 Shan Noodles (quand c'est bon et pas cher il n'y a pas de raison de se priver non ?). Puis nous partons assez tôt pour la station de bus car ce soir nous partons à Kalaw. On nous annonce que l'on peut mettre jusqu’à 2h pour s'y rendre donc qu'il faut prendre de l'avance.  Sauf que Nicolas le mot "avance" est un mot qu'il connaît beaucoup trop bien ! Nous arrivons donc avec 4 heures d'avance.  Au moins on est sûr de ne jamais être en retard ! Alors que je reprenne les termes "station de bus" non, c'est un hangar à  bus, comme un village avec que des garages de bus où chaque compagnie a une petite salle avec quelques bancs et une télé. Voyant qu'il y a des prises je me dis que je vais pouvoir tuer le temps et écrire les articles de blog mais pas de chance les prises ne marchent pas. Alors on regarde la télé birmane. Et comme par miracle ils passent juste après un film français avec Gad Elmaleh "le coumique" sous titré birman. On était bien content. Finalement le temps est passé vite et il est l'heure de monter dans le bus. Un employé de la compagnie vient nous porter nos sacs (les pauvres birmans sont épais comme des grains de riz on a peur qu'ils se fassent mal avec nos sacs. Ceci dit faut les voir ils portent des choses énormes avec une habilité impressionnante !). Ils sont très gentils et au petit soin avec nous. Le bus est très confortable mais on avait mis le prix, on avait pris un "haute gamme" pour tenter de passer une bonne nuit (désolé je n'ai plus le nom de la compagnie, tout est écrit en Birman. Mais nous avions réservé avec notre hostel pour 24 000 Kyats, on sait que ce n'était pas le premier prix). Nous avons même le droit à notre couette ! Une télé avec quelques films. Mais je vous l'avoue, déjà regarder la télé sur un petit écran dans le bus qui fait des virages le tout en anglais sous titré anglais, donc tu lis en même temps que tu regardes, bah ça fini par "je comprends rien et j'ai mal à la tête ". J'ai regardé le dessin animé  (oui comme souvent !) Turbo, alors ma version du bus c'est un escargot, il s'appelle turbo, il se prend pour un bolide et il gagne une course de voiture. FIN.  Ah oui j'ai fait beaucoup de progrès en anglais ! Nous dormons donc un peu jusqu'à ce qu'on nous réveille à 23h pour le dîner.  Le quoi ? Ça fait juste 2h que je dors là c'est plus l'heure. On est juste sorti comme des zombies pour un petit pipi et remonté aussitôt dans le bus. 

2h30 du matin, nous arrivons à Kalaw . Alors oui on se demande tous pourquoi au lieu de faire partir le bus à 19h on ne le fait pas partir à 22h pour arriver un peu moins tôt le matin?  Je ne sais pas. Mais en tout cas les hostels ont l'habitude de ses arrivées tardives / matinales et ont tout prévu.  Après 15 minutes à marcher on comprend que Google Maps s'est trompé de localisation et on retrouve l'hostel qui était en face de notre arrêt de bus. Un monsieur nous accueille et nous laisse les clés d'une chambre d'appoint en attendant le check-in de 10h.  Une chambre rien que pour nous, un matelas par terre et des couettes et le tout gratuit on était super content! 

 

Jour 4 : Kalaw 

10h, nous faisons le check-in et récupérons notre vraie chambre. Il faut s'avoir que tous les établissements en Birmanie ne peuvent pas accueillir des étrangers, il faut une autorisation. De ce fait c'est très compliqué de dormir chez l'habitant. Il y a beaucoup plus de Guest House et hôtels que d'auberges de jeunesse. 

Nous sommes venus à Kalaw pour faire le très populaire trek de l'Inlé. C'est un trek de 60km qui relie Kalaw à Inlé en 3 ou 2 jours.  Kalaw est une ville construite autour de ce trek. On ne trouve presque rien à  part des hôtels, des agences de trek et quelques restos. Nous partons donc le matin faire le tour des agences pour comparer les prix et les tours. Nous avions décidé de le faire en 2 jours (c'est à dire qu'une jeep nous dépose au départ du jour 2 au lieu de commencer depuis Kalaw). Après avoir vu 4-5 agences nous savons que nous voulons faire ce trek avec Ever Smile.  Le gros argument : 2 fois moins cher que toutes les autres (60 000 Kyats pour deux après une petite négociation). Pourquoi ? Parce que toutes les autres agences jouent sur le fait que ce sont des petits groupes de 5 ou 6 personnes.  Ever Smile annonce des groupe de 10 à 12 personnes. Mais pour nous on ne voyait pas ça comme un inconvénient. 

 

À part ça pas grand chose à faire à Kalaw. Le midi nous avons mangé à Gloria qui est un nouveau restaurant, le cadre est super sympa un peu chic (ça fait bizarre dans les rues birmanes) très bon et pas très cher! 

L'après midi à  notre hôtel nous rencontrons Gabriela et Franck venu ici pour des vacances. À partir de cette rencontre nous allons passer toutes nos soirées ensemble jusqu'à Bagan où nos chemins se sépareront par la suite. 

 

Jour 5 : Kalaw 

On prend le temps à Kalaw, on profite pour laver notre linge  (quand on a le temps de faire sécher nous lavons le linge à la main. Mais à force d'enlever les chaussures dans les temples les chaussettes sont bien degueux! !). On rejoint nos amis pour déjeuner à Everest Nepali Food Center (très bonne cuisine où ils proposent même le Chai indien).

L'après midi nous faisons un tour au petit marché local. 

 On se dirige vers un temple et nous voyons de jeunes moines jouer à un jeu qui ressemble au volley ball mais qui se joue avec les pieds et avec une petite balle faite en osier tressé. Les moines font des acrobaties assez spectaculaires pour récupérer la balle. 

 

On était tranquille quoi... jusqu'a ce qu'on entende un bruit venu de l'arbre. Connaissant notre malédiction en voyage on craint le pire, et c'était bien ce qu'on croyait! Cette saloperie de pigeon... sur sa tête en plus... y a plus de respect ! Nicolas s'abattait sur son sort ne comprenant pas pourquoi autant de pigeon lui en voulait dans le monde. Et pour ne rien arranger je suis partie dans un fou rire à en pleurer  ! Bon du coup on est rentré à l'hôtel .

Le soir nous rejoignons Gabriela et Franck et nous raconte qu'eux aussi ont été victime d'une attaque de pigeon !! Impossible le truc quoi. On va donc à un resto bien noté par tripadvisor, le Thirigayha Restaurant. Et là quand on rentre bonjour la petite France ! Une trentaine de retraités français en mode tour organisé avaient envahis le petit restaurant. Ça nous a bien fait rire, on reconnaissait nos petites réflexions de français.  "Vous avez bien raison les jeunes, faut profiter pendant que vous pouvez !". On passe un super moment et je goûte le plat Zat Byat Byat (un haché de viande avec des herbes et des légumes), un plat birman trop bon. Ils font un coconut rice succulent !! Le prix est un peu plus cher mais ça vaut vraiment la peine de tester.

 

Jour 6 : Pindaya

Aujourd'hui nous avons pris un taxi à  la journée les 4 pour aller à Pindaya, à 1h de voiture de Kalaw pour visiter une cave avec des milliers de statuts de Bouddha. 

Ah chose importante dans les temples et pagodes, il est interdit de porter un short plus court que les genoux, des débardeurs qui ne couvrent pas les épaules, parfois des tatouages de tête de bouddha et des chaussures que vous enlevez à  l'entrée. 

La cave est un vrai labyrinthe de bouddhas, il y en a partout de tous les gabaries et dans toutes les postures. 

 

Nous partons ensuite visiter une fabrique artisanale d'ombrelles.  Nous assistons à tout le processus

Étape 1 : créer le papier. Le papier provient de l'écorce d'un arbre mélangé à de l'eau et frappé énergiquement. il devient ensuite une pâte de papier mâcher. Cette pâte est étalée sur un grand tableau passoire trempé dans l'eau.  Quelques fleurs sont éparpillées pour décorer le papier. Une fois que l'on soulève le tableau toute l'eau en ressort. Le papier bien collé doit ensuite sécher plusieurs heures au soleil pour durcir. 

 

Étape 2 : création du parapluie. Un travail manuel du bois remarquable et d'une précision impressionnante.  

 

Après tout ça et ce mélange de couleurs dans la petite fabrique  (on voulait même acheter celles qui étaient cassées et décolorées qu'on adorait) nous n'avons pas résister à en prendre 4 petites dans notre sac à dos. 

Le midi nous déjeunons où tous les taxis emmènent les touristes déjeuner, mais je dois dire dans un joli cadre au bord du lac. 

 

Nous revenons sur Kalaw en après midi. Nous partons manger le soir avec nos acolytes à un restaurant italien.  On a super bien mangé et les gnocchis au pesto étaient super bons. Le responsable du restaurant était au petit soin avec les clients. Mais faut quand même le vouloir venir s'installer à Kalaw. On s'est dit qu'il devait y avoir une histoire de cœur derrière ça sinon on comprend pas !

 

Jour 7 : Trek Kalaw - Inle 

Nous avions rendez-vous à 8h30 devant l'agence Ever Smile. Beaucoup de monde présent, plusieurs groupes étaient sur le départ pour des 2 jours ou 3 jours de trek.  Les groupes se forment un peu naturellement.  C'est lorsque l'on pense appartenir à un groupe que la femme de l'agence nous dit "non pas vous deux désolé " ah bon ! On a quitté le cercle alors. Elle nous dit ensuite que nous allons partager la Jeep avec un autre groupe pour ensuite rejoindre un groupe déjà sur place. Un groupe de 3 jours et les rejoindre sur le sentier pour leur deuxième jour. Donc du coup se retrouver avec un groupe qui se connaît et qui a déjà marché ensemble depuis un jour. Bon de toute manière nous n'avons pas trop le choix. Une petite heure de Jeep plus tard nous faisons la connaissance de notre groupe. La grande majorité des voyageurs en Birmanie sont français et là nous sommes un groupe de 12 et il n'y a pas d'autres français que nous ! On a donc pratiqué notre anglais et même notre espagnol ! Au final tout le monde est venu se présenter à nous, les gens étaient vraiment sympas et on sentait qu'il y avait une super bonne ambiance entre eux et avec le guide Momo sympa et marrant. Notre groupe n'a fait que de chanter et de rigoler même si on ne comprenait pas tout il y avait une très bonne ambiance. Pendant deux jours toutes les musiques y sont passées comme les Spices Girls, Hakuna Matata ou Adèle!  Nous avons surtout traversé des paysages et des villages aux couleurs magnifiques. Des rouges vifs de la récolte des champs de piments, des grandes feuilles vertes de bananiers, des maisons en bois brun et foncé tressés, croisé des charrues, des visages, des sourires et des enfants. C'était complètement fou notre appareil photo n'a pas arrêté de crépiter. Les repas étaient des festins, il y avait une quantité impressionnante et c'était vraiment trop bon ! 

 

Pendant la pause du midi j'ai montré aux filles du groupe nos photos en robe de mariée elles étaient toutes admiratives ce que bien-sûr les hommes ont commencé à se moquer de nous en nous lançant des "Oh My  Gooood" . On a bien rigolé.  Deux personnes parlaient espagnol dans le groupe et on les a "flairé" toute de suite comme un détecteur qui sonnait en nous : " espagnol ? Espagnol?  Qui parle espagnol ?"  Oui il faut croire qu'on est plus à l'aise en espagnol ! 

Le soir nous arrivons à notre campement. Une jolie et grande cabane surélevé avec deux grosses couettes par lit qui annoncent une nuit fraîche.  La nuit tombe vite, on prend l'apéro ensemble, on rigole, on chante, on fait la Macarena. Une des filles a d'ailleurs refait les paroles de la chanson, ça donne " one maca two maca three macarena four maca five maca six heyyy macarena" ! Notre deuxième festin de la journée arrive et on s'en donne à  cœur joie. Nous finissons la soirée autour d'un feu, Momo notre guide à la guitare et à chanter des chansons que l'on connaît à peu près tous (ils chantent des chansons anglophones en birman !). Il nous fait apprendre des chansons birmanes. Une très belle soirée. 

 

Jour 8 : Trek 

Après un super petit dej (un guacamole extra!) Nous reprenons la route. Nous nous arrêtons devant une école, prenons le temps de regarder les enfants jouer dehors puis la rentrée des classes sonne. Les enfants se mettent en rang, bien alignés. Il y a une seule maîtresse pour environ une soixantaine d'enfants. Un des "grands" vient devant vers la maîtresse et fait chanter l'hymne national à tous les enfants. Ligne par ligne ils rejoignent ensuite leurs classes. C'était l'instant mignon des petits bouts de choux.

 

Nous repartons le cœur léger autour d'une végétation luxuriante et des villages colorés.  Dans la joie et la bonne humeur nous chantons et rions un peu tous dans notre langue natale ou en anglais.

Momo le guide nous fait une "pause culture" et nous explique l'habit traditionnel birman, le longyi. La grande majorité des hommes et des femmes portent cette longue jupe. Il y a différents façon de le porter pour distinguer les hommes et les femmes mais aussi sa classe sociale. Il peut aussi se transformer en short ou servir de maillot de bain. On aura jamais vu autant d'hommes en jupe longue ! Ça s'enfile comme un sac à patate qui n'aurait pas de fond. Le tissus est très grand de sorte que le surplus est coincé sur une hanche pour les femmes tandis que les hommes font un nœud sur le devant.

 

13h30 nous terminons le trek face au lac Inlé. Nous prenons le déjeuner une dernière fois tous ensemble et remercions grandement notre guide et notre chef cuisto.  Il est l'heure de prendre le "bateau" oui enfin la pirogue pour traverser le lac et gagner le village. Le lac Inlé est connu pour des tours qui vous font voir les pêcheurs traditionnels birmans (beaucoup ne sont présents aujourd'hui que pour les touristes, les méthodes de pêche ont évolué), les maisons sur piloti et pour visiter quelques villages traditionnels et leurs artisanats. Si vous n'avez pas l'opportunité de faire le trek il serait bien de faire le tour sur le lac. 

 

Jour 9 : Inlé

Une journée bien chaude où nous n'avons rien de prévu si ce n'est se remettre gentiment du trek. Vous pouvez aussi louer un vélo pour faire un petit tour du village. Adresse pour bien manger et pour pas cher : Sin Yaw Restaurant

 

Nous prenons un bus de nuit direction Bagan. Les birmans nous font rires car ils aiment bien ce qui est kitsch. Le bus en est un parfait exemple ! Des petites peluches pendent au dessus de chaque siège, les petites broderies sur les sièges et les rideaux complètement vieillots, des coussins de tête Dora l'exploratrice !

Si si, attention preuve en image ! 

Tadaaaaammm !! La classe hein ??

Des petites poupées et babioles sur le tableau de bord. Ils adorent ça! ! Il y a d'ailleurs beaucoup de magasins de peluches mais genre avec les grosses peluches de fête foraine. Et dans les temples, ils mettent des lumières partout autour des statuts de bouddha, mais des lumières de toutes les couleurs qui clignotent ! Ah pis les fausses fleurs aussi.. ils kiffent ! Enfin nous ça nous fait bien rire.

Autre point aussi sur les bus et la conduite. La Birmanie est un des rares pays (ou le seul ?) À conduire à droite MAIS avec des volants à droite.. autant dire hyper dangereux quand tu veux doubler tu es obligé de déporter tout ton véhicule pour voir si il y a quelqu'un en face.  La Birmanie a effectué beaucoup de changements ces dernières années. D'ailleurs ce n'est plus la Birmanie mais le Myanmar. Et plusieurs villes ont changé de noms ! Comme Rangoon est devenu Yangon. Bref du coup le sens de circulation aussi ! Avant ils roulaient à gauche mais ils ont décidé de changer ça . Ils ont donc sorti de nouveaux modèles de voiture avec le volant à gauche sauf que beaucoup d'anciens véhicules sont encore en circulation.  Ça n'a pas du être facile de se faire à ce changement !

Nous arrivons donc à Bagan très tôt vers 2h du matin. Plusieurs taximan nous sautent dessus pour nous emmener à notre hostel. Et là c'est l'arnaque du siècle en terme de taxi dans notre voyage. Premier prix 12000 Kyats. On refuse.  Nous partons à 4 dans le taxi pour 8000 Kyats pour 2. Ce que nous n'avions pas vu (certainement à cause de la nuit et que nos yeux n'étaient pas encore bien ouverts), c'est que les prix officiels des taxis sont affichés à la station de bus. Donc quand on a vu les vrais prix en repartant de Bagan et on a compris qu'on s'était bien fait avoir. Mais bon ça on l'avait compris lorsqu'on a vu qu'il n y avait en plus que 5 minutes de trajet. 

Lorsque vous arrivez à Bagan vous passez par un droit d'entrée où vous devez payer 25000 kyats. Mais à 2h du matin personne n'était là.  Le chauffeur nous dit que nous avons de la chance que nous n'avons rien à payer.  On a même entendu dire qu'on pouvait payer plus cher le taxi pour ne pas qu'il s'arrête. Mais finalement le lendemain nous achèterons les droits d'entrée et on va vous expliquer pourquoi. 

Notre hostel nous avait préparé notre chambre et nous avons pu dormir en arrivant. Ils sont super cool de nous faire un chek in à 2h du matin parce qu'en plus on ne paie pas cette nuit / matinée là. 

 

Jour 10 à 14 : Bagan

Notre hostel Ever New Guest House :  Vers 10h nous nous réveillons et demandons à changer de chambre car la notre était très humide et bruyante car en face de la réception. Avec bien des difficultés de compréhension  (le personnel ne parlait pas très bien anglais et vu que le notre notre n'est pas parfait ça donnait des langages de sourds ). Notre chambre était ensuite beaucoup mieux. Notre hostel faisait aussi restaurant et nous avons très bien mangé pour pas très cher. La salade Tea leaf était super bonne !! L'hostel loue des scooters électriques à la journée ou à la demi journée pour 10 000 ou 5000 (c'est un peu plus cher qu'en ville mais on prenait toujours des demi journées ).

 

Voilà notre premier scoot ! Crise d'ado un peu en retard ! Oui on a jamais passé le BSR alors on était comme des fous ! Enfin pas si serein au début quand même. .. À deux sur un scoot, Nicolas avait quelques difficultés à négocier les virages... On prend le temps de se perdre au milieu des temples traversant des chemins ensablés. Bon j'ai à plusieurs reprises marché à côté pour éviter l'accident! ! Enfin c'était bien rigolo !! 

 

Toutes nos journées à Bagan se résumaient par des balades en scooter au milieu des temples avec soit un lever soit un coucher de soleil et se terminaient par un petit resto avec nos amis. Pas mal non ?

Au passage l'application Maps Me fonctionne très bien et connaît tous les petits chemins (même les chemins que toi même tu dis c'est pas un chemin ça ) !

 

Allez on vous fait découvrir les pagodes que nous avons visité !

 

Dhammayazika Paya

Vue depuis Tha Mu Hti Temple juste derrière Dhammayazika.

Sur beaucoup de sites nous retrouvons cette petite cahute avec trois récipients. C'est tout simplement de l'eau pour boire.

Pyathetgyi Pagoda

C'est le genre d'escaliers que l'on trouve dans les pagodes pour accéder aux terrasses. Ils ne sont pas toujours facile à trouver et il faut parfois se courber et se munir d'une lampe frontale.

Winido Temple

C'est un regroupement de plusieurs pagodes. Derrière moi on aperçoit une tour dont l'accès est payant : n'y allez pas. C'est inutile vous serez envahi de touristes et vous n'aurez pas une vue si différente. Pis en plus c'est payant !

Échafaudage birman VS indien. Hum. ça se vaut niveau "ils sont complètement tarés c'est méga dangereux!"

 

Notre premier et notre préféré coucher de soleil. On était presque seul sur l'une des pagodes de Winido. On s'installe tranquillement et l'on assiste au spectacle du soleil. Un moment qui s'apprécie en silence.

Et de l'autre côté, la lune !

Ananda Paya

 

Mahabodhi Temple

 

Bu paya

Dès que vous arrivez sur les lieux des birmans vont vous demander si vous voulez prendre le bateau. C'est une petite excursion le long du fleuve.

 

Les jolis plateaux colorés (non on ne sait pas ce que c'est).

 

Gawdawpalin paya

Les marchés de Tanaka.

 

Lawkaoushaung Temple

Petite séance de gym . "Tendue la jambe Marine, tendue !"

 

That Bin Nyu

 

Dahmmayan Gyi Pahto

 

Sulamani Temple

 

Sur le même site nous avons fait notre premier et unique lever de soleil  (Oh les flemmards! !). Mais il était vraiment pas mal. Le petit plus du lever mis à part que la lumière est différente que pour celle du coucher , est qu'il y a une envolée de 20 montgolfières  (pour les gens qui peuvent claquer 400$ par personne) . Et ça fait vraiment de jolis photos. Le site n'était pas trop blindé on était peut être une trentaine. 

 

Bulethi

Notre deuxième coucher de soleil que j'ai moins apprécié. Environ 80 personnes entassées sur une face de la pagode. Une proximité étouffante et des appareils photos de tous les côtés, des gens qui mangent, qui crachent (bah oui on est en Asie!). Bref c'était beau mais pas du tout relaxant.

 

Quelque part au milieu des temples

Ce qui est plaisant c'est de prendre le scooter, de suivre quelques routes et de voir où ça nous mène ! On ne se souvient de l'endroit mais on a beaucoup aimé, du coup on a posé le scooter enfilé nos vêtements de mariés et nous avons fait nos photos.

Cette fois c'est moi qui pilote !! Bon on ne dira pas trop fort que ma première expérience en moto m'a fait terminer dans un buisson 5 secondes plus tard.

 

Shwezigon Pagoda

 

Nous rejoignons nos amis pour un coucher de soleil sur le lac. Une petite balade d'1h30 en bateau. rien de très fou fou. Les bateaux vont très lentement à  l'aller pour faire durer le tour et une fois le soleil coucher c'est la course pour le premier arrivé.  Vous serez peut être accueilli par des enfants qui essaieront de vous faire acheter leurs "jolis" dessins.

 

Quelque part au milieu des temples

Notre dernière photo de Bagan, tout aussi belle dans la nuit.

 

Mais au fait, Le droit d'entrée : Pendant notre première journée nous avons eu un contrôle des tickets d'entrée à l'une des pagodes. On a prétexté l'avoir oublié à l'hôtel. La dame nous laisse entrer mais nous dit qu'il est impératif de l'avoir sur nous. À la suite de ça on se dit que nous n'avons pas envie de se retrouver à chaque fois devant une pagode sans savoir si l'on va subir un contrôle ou non. On décide donc d'être honnête  (oh les gens biens! ) et d'aller acheter nos tickets qui coûtent tout de même  25000 Kyats par personne.  Pis on se dit que l'argent sert peut être à reconstruire les pagodes qui ont été victimes du tremblement de terre ! (UTOPIE : la majorité de l'argent revient aux militaires et une toute petite part à la rénovation du site). Au final ça a été notre seul contrôle!  Oui comme par hasard on a le billet mais personne ne nous le réclame hein ! Ce sont surtout les pagodes les plus touristiques qui ont un guichet de contrôle.  Sinon il n'y en a pas sur les 2000 pagodes !

 

Où manger ?

Quoi ? Où ça ? Qui a dit mangé ?! (oui c'est le genre de réaction normale que je peux avoir quand on parle de restaurant). Alors, on s'est abonné au restaurant Weather Spoons Bagan.  Le personnel est très sympa mais surtout on y mange bien. J'au pu tester un très bon green curry et les cocktails sont pas mal non plus !

Mais le service de restauration en Birmanie est assez étrange : ils prennent ta commande,  ils répètent ta commande pour ne rien oublier mais quand ils apportent l'addition, bah ils en oublient tout le temps ! (ne nous en déplaisent...) Dans  3 adresses différentes ça nous ait arrivé d'avoir un plat, deux cocktails ou deux déserts non comptés!  Bon on est sympa on laisse des pourboires !

Nous sommes aussi allez manger au Numéro 1 de Tripadvisor, le restaurant Sanon. Ça ne paie vraiment pas de mine d'extérieur, la lumière saute toutes les deux minutes et on se retrouve dans le noir, mais qu'importe, le personnel est souriant, aux petits soins et nous offrent de bons plats cuisinés. Le restaurant est végétarien.

 

Bagan est une étape de plus qui se termine et qui nous laisse une fois de plus subjugués par la beauté du pays.

 

Jour 15 : Monywa

Nous prenons la route de Monywa au petit matin. Les sièges sont tout ri-kiki et nous sommes complètement serrés.  Entre les deux rangés de deux sièges se déplie un petit siège qui se retrouve dans l'allée.  La joie des transports en commun, nous voilà au plus proche des locaux ! Ce qui est "marrant " c'est que les locaux sont malades dans leurs propres bus!  Bon c'est moins marrant quand c'est ton voisin qui vomit... mais pour dire, eux mêmes n'apprécient pas leur conduite... Et nous ? Ah on a des kilomètres dans le bidon ! On en a vu des routes sinueuses et des conduites dangereuses ! On est vacciné maintenant! 

Ce qui me fait toujours autant  rire ce sont les rabatteurs qui remplissent les bus de monde. C'est la même technique qu'en Amérique du Sud : on crie toutes les destinations le plus vite possible ! Un jour en Inde un rabatteur nous a dit qu'on ne faisait pas ça en France, qu'on ne pouvait pas crier "Paris-Strasbourg-Lyon-Marseille". Effectivement on ne le fait pas ! Mais c'est tellement drôle c'est du n'importe quoi pour nous ! Le bus roule la porte ouverte pour que le rabatteur continue à crier le long de la route. Des gens attendent avec leurs valises un peu partout le long du chemin et on les ramasse sur notre passage.

Nous faisons une pause au bout d'une petite heure. Plusieurs femmes viennent en courant, plateau sur la tête pour nous vendre toute sorte de chose. Elles ouvrent les fenêtres de bus et crient les noms de ce qu'elles vendent (pratique courant en Amérique du Sud également). Beaucoup de locaux prennent des brochettes, des œufs de cailles, des liquides inopinés en sac plastique avec paille. Quand vient notre fenêtre je décline gentiment toute proposition. Le poulet rôti et cuit au soleil au petit matin j'ai encore un peu de mal.

 

 

Après négociation avec un tuk-tuk (comme toujours), nous arrivons à notre hôtel à Monywa. Il semble très neuf et les prix ont déjà augmenté depuis notre réservation. Lorsque l'on voit la chambre, elle nous semble vraiment belle (oui tu sais avec des finitions quoi !). C'est lumineux et propre, il ne nous en fallait pas plus. 

Nous arrivons le jour de l'inauguration du bar sur le toît et c'est aussi le jour de la Saint Valentin. D'une pierre deux coups, l'hôtel en profite pour organiser une soirée d'ouverture avec buffet à volonté (OUH OUH !! Ah non en fait. C'est un buffet avec des plats birmans...) et faire une petite animation pour la Saint Valentin.  On s'est jeté sur les petites brochettes de viande à cuire au barbecue. D'ailleurs ils font un truc qu'on a trouvé très bizarre, c'est qu'ils grillent les œufs de caille déjà cuit ! Mais laisse les tranquille puisqu'ils sont cuits !

On vous à dit que les birmans adorent ce qui est kitsch.  Imaginez pour ce jour là le nombre de grosses peluches qui se vendent !   Les petits couples birmans étaient vraiment mignons et se prenaient en selfie partout ! Allez séance kitsch : selfie buffet + selfie fausses fleurs + selfie nounours . Après un tirage au sort chacun est reparti avec une magnifique peluche ! Soirée bon enfant et puis de toute façon on avait rien de prévu.

 

Jour 16 : Monywa

Nous avons pris goût au scooter alors on remet ça. Un premier arrêt à la sublime pagode colorée Thanboddhay. C'est une ville encore moins touristiques que les autres il est donc vraiment agréable de se promener sans trop de monde et de prendre le temps de faire quelques photos.

 

Nous nous dirigeons vers une tour qui offre un panorama sur la pagode. Sauf que pour moi "l'aventure s'arrête ici". Un écriteau m'indique que je ne peux aller plus loin.  Je ne connais pas vraiment la raison de l'interdiction faites aux femmes. C'est rageant mais on se soumet à la culture du pays. Nicolas me ramènera la photo quelques minutes plus tard.

 

Nous continuons notre route vers le Big Bouddha debout, Bodhi Tataung qui ne fait pas moins de 129 mètres de haut ! A l'intérieur c'est un musée à plusieurs étages, avec des sculptures, des fresques et des salles de prières. Devant lui un énorme bouddha coucher.

 

Le scooter est le moyen de locomotion des birmans, alors on se sent un peu comme eux et ils sont heureux de nous voir. En tant que copilote j'ai passé la journée à répondre aux salutations et aux sourires des birmans.  Mais c'est tellement agréable d'avoir des gens gentils autour de soi, qui veulent juste vous dire bonjour sans rien d'autre!

Essayez de vous mettre sur un scooter en France, faites des sourires et des coucous aux gens et enfants que vous ne connaissez pas ! La réaction ne sera pas la même...

L'après midi nous allons assez loin, à 1h de scooter pour visiter Po Win Daung Caves, mais elle n'avait pas grand intérêt si ce n'est que tous les jours les moines donnent à manger aux singes.

L'heure du repas pour les singes ! Donné par les moines.

 

Quand il a commencé à avoir plusieurs singes autour de nous c'est devenu assez flippant.  Imagine une scène du genre Jurassic Parc. Tu es statique et d'un coup tu reçois de la bave qui coule sur ton épaule, tu lèves les yeux et un énorme Tirex est au dessus de toi !! Bon d'accord c'est moins impressionnant quand tu reçois un morceau de banane d'un petit singe mais ça fait un peu le même effet quand tu vois que le petit ouistiti a ramené toute la famille pour le protéger. BOUH !

 

Le plaisir d'être en scooter et de faire des arrêts photos le long de la route.

 

Jour 17 : Mandalay

Après 4 heures de bus nous arrivons à notre bel hôtel à Mandalay, notre dernière escale. A peine sortie du tuk-tuk on vient nous porter nos bagages, nous ouvrir les portes, nous servir une serviette fraîche et un jus d'orange et on est même pas dans un hôtel de luxe ! En tout cas c'est bien agréable... C'est assez fou les différences de service que l'on peut avoir pour le même prix d'un pays à un autre ! Nous profitons de l'après-midi pour planifier nos prochains jours.

 

Jour 18 : Mandalay

Le petit déjeuner !! Oh ouais un buffet mélangeant cuisine européenne et birmane, y en a pour tous les goûts ! On se lève même plus tôt pour avoir plus de choix, c'est pour dire ! (les birmans mangent comme quatre le matin en plus!).

Notre hôtel prête des petites bicyclettes nous en profitons donc pour faire le tour de la ville et de nos derniers temples birmans.

 

Le monastère Shwenandaw

Il se différencie des autres temples vus jusqu'à présent par sa couleur noire. Il y a un guichet devant mais au final l'entrée est "gratuite". Ils vendent un pass qui permet de visiter plusieurs lieux sauf que ce pass est demandé uniquement sur le site du Palais, pour les autres site personne ne le demande.

 

Atumashi Kyaung

 

Pagode Kuthodaw

On y voit beaucoup de moines prier et nous avons assisté à une démonstration de fabrication de Tanaka par un jeune moine. Le geste est précis et rapide !

 

Pagode Kyauk Taw Gyi 

Nous y avons croisé plusieurs jeunes moines, ados / pré-ados et c'était assez amusant de les voir se comporter de la même façon que nous, vivant avec leur génération. Se prenant en selfie devant les temples. On pense que les moines sont coupés du monde extérieur mais pas tant que ça finalement. Ils viennent naturellement vers nous et se prennent en photo avec les "touristes". Certains ont discuté avec nous et nous on fait voir qu'ils connaissaient quelques mots de français.

 

Palais Royal

Le seul endroit où votre pass vous sera demandé. Honnêtement on a trouvé que ça ne valait pas trop la peine de débourser de l'argent pour voir le site. Nous avons vu tellement d'autres magnifiques temples en Birmanie que celui-ci ne nous a pas paru indispensable. 

 

Le vélo se pratique très bien et les sites sont facilement accessibles, c'était une journée très agréable. Bon évidemment il faut se faire à la circulation de Mandalay et avoir des yeux partout !! Ce fut un grand défi pour moi qui ne suit pas du tout agile (d'une manière générale c'est évidente ne nous le cachons pas) sur un vélo. Exemples ? Je ne suis pas capable de monter sur un trottoir sans voiler la roue et finir dans un poteau électrique. Vous en voulez encore ? Euh... Si il y a un clou il est pour moi (oui ça ne se produit pas que dans les films) et puis la guêpe bah c'est pour mon œil ! Déjà petite je n'avais pas été capable de ramener une baguette de pain ! 1) je me suis fait raccompagner par une mamie car je n'ai pas su éviter le buisson 2) j'ai perdu les sous que mon papa m'avait donné puisque je refusais de porter la monstrueuse banane fluo. J'ai même fini dernière au test de conduite de vélo en CM2 (je roulais à gauche et MA MAMAN s'était trompée de vélo et m'avait donné le sien au lieu du mien!!!). Anecdotes à part, c'était cool la bicyclette !

 

Jour 18 : Mandalay

Une journée off comme il nous arrive bien souvent d'en faire en fin de séjour. Repos des jambes et programmation du voyage. On sort tout de même le soir pour faire un tour du marché et faire le plein de sourires chaleureux.

 

Journée 19 : Mandalay :

On reprend les vélos pour faire nos 30 kilomètres aujourd'hui pour aller voir le célèbre Pont d'U Bein. Il paraît que le truc à faire et de venir pour le coucher du soleil et de faire la traversée en bateau. Sur le pont nous sommes intrigués par une femme qui promène une cage contenant des hiboux ! Elle nous explique que relâcher un de ces oiseaux porte chance.

Une fois le pont traversé vous pouvez découvrir "le village des moines", leurs petites maisons, on peut apercevoir les douches communes, des moines en pleine lecture. Il y a comme un sentiment de sérénité. 

 

Notre balade nous a bien épuisé. Nous marchons une dernière fois dans les rues birmanes.

 

Jour 20 : Départ

Ce sont les yeux qui brillent, le cœur léger et le sourire aux lèvres que nous disons au revoir à la Birmanie. Nous prenons maintenant notre envol pour la Thaïlande.

 

A très vite pour de nouvelles aventures !


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    christelle (samedi, 18 mars 2017 22:42)

    Profiter pour nous, a Besak week end pluvieux mais week end heureux